Saint Malo Rock City # 2 – 1er soir

FredAtome015002e édition du Festival Malouin à La Nouvelle Vague
Avec : Gad Zukes – Fred Atome – The Heart Beat – Black Boar – D-Day – Mandale – The Beat Seeds

1er soir : 20 mars 2015
Style : Pop, Rock, Hard Rock
Lieu : Bretagne, Saint Malo (35)

Notre avis :


Par Mike S.

2e édition du Saint Malo Rock City et déjà quelques habitudes, avec une compilation commercialisée quelques jours avant l’événement, un festival sur deux jours, sur deux scènes, et des groupes, venus de la région malouine.

Pour cette première soirée, 7 groupes sont programmés, 4 sur la scène principale, et 3 à l’étage.

L’ETAGE
FredAtome01500Parmi les concerts de l’étage, Fred Atome et Black Boar ont la particularité d’avoir déjà foulé la scène du Festival. Pour certains d’entre eux tout du moins. Fred (Atome) et Derrick (guitariste de Black Boar), ne sont autres que les deux membres du duo Undobar, qui avait joué l’an passé sur la scène principale, leur Blues Rock débridé. Auteurs d’un nouvel album à sortir en avril, ils s’autorisent malgré tout, en parallèle des échappées.

Le premier FRED ATOME propose ce soir un set en solitaire, accompagné de sa guitare Folk à la main et d’un tambourin au pied. Durant 35 minutes, il nous délecte d’un set de compositions personnelles, en anglais, mais aussi, assez nouveau pour lui, en français sur deux titres, Demain et L’Aurore, qu’il interprète à deux voix avec une jeune chanteuse. Parmi les 8 autres titres du set de ce soir, Fred Atome joue dans un silence religieux, le titre Marble Arch, une composition dépouillée de toute beauté, qui émeut un public tres resserré dans la petite salle. Ce même titre est présent sur la compilation du Festival.
Facebook

Le second est donc Derrick, intervenant ce soir en qualité de guitariste et chanteur de BLACK BOAR. Ce second groupe est un duo, guitare-batterie, utilisant trèsBlackboar201503500 peu le micro pour la voix, si n’est de façon onomatopéique. La musique de Black Boar est un catalyseur d’émotions, pleine de puissance, de rage, de tension. Il y a un fond de Post Rock dans cette musique, il y a aussi un gros côté expérimental. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Black Boar ne laisse pas indifférent, on adore ou on déteste !
Facebook

Pour finir la soirée à l’étage, une musique noire, une voix écorchée vive, des élucubrations susurrée ou arrachée des entrailles, selon les moments. MANDALE est un quatuor, au format classique guitare, basse, batterie. La musique de Mandale est emprunté à l’héritage de Joy Division, à qui le chanteur reprend le style torturé, et le groupe les compositions en mineur, intimant une forme de tension, de mélancolie et de malêtre. Le tout entremêlé. Si le groupe n’est pas encore parvenu à une pleine maîtrise de ses instruments et de ses compositions, il est indéniable qu’il dispose d’un vrai potentiel, qu’il pourra confirmer à force d’entrainement et de prestations scéniques.
Facebook

mandale201501500

SCÈNE PRINCIPALE
Le Festival s’est ouvert à 20h30 précise avec la pop rafraichissante de GAD ZUKES, qu’on avait pu entendre sur la compil (Missing Around). Le seul problème, c’est qu’on est arrivé apres 21h… Et qu’on a manqué le concert… Je ne vous dirai donc pas plus. Espérant seulement avoir l’occasion de les voir à une autre occasion, comme un apéro sonore par exemple…
Facebook

theheatrbeat201503500Par contre, nous n’avons pas raté le début de THE HEART BEAT, dans une ambiance d’obscurité, un son entre Heavy et Trash Metal. Le groupe fondé en 2007 avait disparu un moment avant de refouler les planches des scènes bretonnes. Leur registre est plutôt élitiste et ne convainc pas vraiment le public de ce soir, plus attiré par la Pop et le Rock.  Petite erreur de casting, mais une bonne expérience pour le groupe de jouer devant pres de 400 personnes.
Facebook

Par contre, le Rock tres frenchy de D-DAY, un groupe dinanais, emmené par la voix puissante de Audrey, a ravi une bonne part du public. Bien que les compositions en français ne soient pas tres sexy de prime abord, la présence et la voix de la chanteuse a quelque chose d’ensorcelant, qui fait oublier ce travers. Très proche du registre de Izia, par exemple. Et encore plus ravi à l’écoute de titres chantés en anglais. Une découverte, mais surtout une bonne surprise scénique, bien plus plaisante que la première impression laissée par Sous pression sur la compilation SMRC.
Facebook

Dday201501500

Dernier groupe de la soirée, THE BEAT SEEDS, a déjà quelques faits d’armes à son actif (une trentaine de concerts, deux EP, un clip) mettant le groupe sur une orbite ascensionnelle. Le style chanté -rappé de Dany, sur les accords électriques de Guillaume, a de quoi surprendre, dans le bon sens du terme. L’atmosphère est sombre, oppressante, pour un son Post Rock métaphorique, spirituel. Les sets sont courts, pas le temps de se faire véritablement une idée complète, mais déjà, une première bonne impression, c’est évident !

beatseeds201505500

Facebook / Bandcamp


Sélection de vidéos extraites du Festival :