Debout sur le zinc – Vian par Debout sur le zinc

2019 – 15  titres – 54’11
Label : DSLZ / Because
Style : Chanson
Origine : France, Ile de France
Date de sortie de l’album : 13 septembre 2019

Notre avis :


Par Mike S.

2 ans après avoir sorti un album live, le groupe Debout sur le zinc est retourné en studio, pour se lancer dans l’enregistrement d’un album hommage à une pointure de la littérature et de la chanson française des années 50, Boris Vian. 

Quinze chansons ont été retravaillées pour l’occasion, quelques textes bien connus, comme Le Déserteur ou J’suis Snob. Et puis des (re)découvertes pour la plupart d’entre nous. Sauf si vous aviez déjà fait preuves de curiosité lors de la sortie, il y a 10 ans, pour les 50 ans de la mort de l’artiste, d’un double album hommage (On n’est pas là pour se faire engueuler !), enregistré par une myriade d’artistes de Didier Wampas à Christian Olivier, tous un peu des enfants de Boris Vian.

Avec cet album de Debout sur le Zinc, c’est un peu la famille qui s’agrandit et qui vient apporter sa patte personnelle à un répertoire, pour ne pas dire un patrimoine national. Et pour cette fois, fêter les 100 ans de sa naissance. Prétexte s’il en fallait un pour remettre en lumière des textes qui sont depuis longtemps entrés dans les programmes scolaires.

Debout sur le zinc apporte sur ces 15 chansons, tantôt sa bonne humeur (Ne vous mariez pas les filles, Il oublia d’oublier d’oublier), tantôt sa gravité (Il est tard, S’il pleuvait des larmes, Le déserteur). Tout se qui peut faire vibrer notre sensibilité dans les albums de DSLZ en fait tout autant ici, avec les mots et les notes d’un autre. Cet album redonne à Debout sur le Zinc son âme de troubadour avec des chansons légères, souvent en apparence, et dont le sujet ne perd pas de sa (im-)pertinence ou de son aplomb plus de 70 ans plus tard. Le tout agrémenté d’une certaine patine vintage qui donne un charme supplémentaire à cet album.

Boris Vian goûte à l’immortalité chaque fois qu’un artiste fait revivre ses mots. Ce fut le cas en 2013 avec Michel Gondry mettant en image L’écume des jours. C’est aussi le cas aujourd’hui avec Debout sur Le Zinc faisant percuter ses chansons avec leur propre univers fait de sourires et larmes. Un très beau projet qu’on prendra plaisir à aller voir et entendre sur scène.

 


Facebook / Site


Line-up :
Romain Sassigneux : Clarinette, guitares, chant, chœurs
Simon Mimoun : Violon, chant, chœurs, trompette
Olivier Sulpice : Banjo, mandole, mandoline
Cédric Ermolieff : Batterie, percussions
Chadi Chouman : Guitares
Thomas Benoît : Basse, contrebasse
Eric Ghenassia : Manager

Tracklist :
01. Quand j’aurai du vent dans mon crâne – 3’35
02. J’suis snob – 3’18
03. Ne vous mariez pas les filles – 2’53
04. Il est tard – 3’46
05. Le déserteur – 4’45
06. La valse jaune – 3’22
07. Il oublia d’oublier d’oublier – 3’41
08. Rue Watt – 3’02
09. On fait des reves – 3’15
10. L’année à l’envers – 2’51
11. J’te veux – 2’26
12. L’âme slave – 3’13
13. De velours et de soie – 3’57
14. Je voudrais pas crever – 3’57
15. S’il pleuvait des larmes – 3’42