Rock'N Bock 2021 vignetteRock’N Bock Festival /

Site Des Brasseries – Maxéville (54) /

Le 11 Septembre 2021 /

Notre avis :


Annulé l’an dernier en raison de la crise sanitaire, le Rock’N Bock Festival a fait son grand retour. Forte de son passé brassicole et de son patrimoine architectural unique, la ville de Maxéville, en partenariat avec l’Union des Brasseurs Grand Est, Kyriad Nancy Ouest-Laxou Zénith et la SCIC Turbul’lance, organise la fête de la bière chaque 2ème week-end de septembre. 2 jours de concerts gratuits, accompagnés par la production d’une quinzaine de brasseurs locaux. Nous étions présents la journée du samedi.

LES CHEVALS

C’est avec Les Chevals que nous avons le plaisir de débuter cette très belle journée. Les Nancéiens, qui évoluent dans le rock alternatif, nous offrent un set percutant. Les festivités sont lancées avec « Cafard » et les premiers applaudissements se font entendre. « Ceinture » et « Il Pleut » sont envoyés dans la foulée. Les décibels impressionnent sans doute le public qui arrive progressivement, mais qui a du mal à s’approcher de la scène. Le show se poursuit avec « Coraline », « Étroit » et « Rage ». Le groupe enchaînent les morceaux sauvages et rageurs. Le public apprécie et le fait savoir par ses applaudissements. Le groupe adresse quelques mots à l’assistance avec beaucoup d’humour. Merci !!! On s’appelle Les Chevals !!! On est là, car on nous a dit qu’il y avait du rock et de la bière… Nous continuons avec des guitares et une rythmique sont toujours aussi accrocheuses avec « Muse », « Télaid » et « Dur ». Le set arrive malheureusement petit à petit à sa fin avec « Cicatrice » et « Seul ». C’est avec « Monter À Cheval » que le groupe termine son tour de chant. Une très belle entrée en matière pour lancer cette édition de Rock’N Bock !

Les Chevals (2021)

Les Chevals : Facebook / Bandcamp

Les photos : ici.

DIRTY RAVEN

Le temps de changer le plateau, de faire les dernières balances, et Dirty Raven prend possession de la scène. Composée de Bernard Collot (NaN) à la guitare et au chant, de Clément Geoffroy à la basse, et de David Couvreux à la batterie, la formation Marnaise nous propose du rock stoner, flirtant parfois avec les sonorités du metal. C’est avec « U.F.O » que le set est lancé, enchaînant directement avec « Hypocrisy ». Ces premiers titres sont issus de « Rust For Blue », le 3ème EP sorti en 2018. Le public est invité à s’approcher et le groupe fait part de son plaisir de renouer avec la scène. Ça fait 2 ans qu’on n’avait pas fait de concerts… Le show se poursuit avec « Hey You Son », extrait de « End Of Time » sorti en 2014, et « Rockabilly Girl » qui figure sur « Freaks & Idols », paru en 2016. Dirty Raven nous offre des riffs efficaces, une ambiance lourde, lente, entêtante. Des morceaux rapides également, qui envoient sévère. Le rythme et l’intensité s’accélèrent avec « Desert Of Champagne » et le rugueux « Hell On Hells ». L’ensemble s’avère mélodique. La batterie est puissante et efficace. La guitare et la basse sont abrasives. Le chant, tantôt pop, tantôt rock. Dirty Raven allie ainsi diverses influences, du post-grunge au metal, en passant par le rock’n’roll ou encore le rockabilly. « Brainwashing » et « Open Your Doors » nous amènent à la fin du show. Le groupe nous a offert une très belle prestation, à la fois fougueuse, énergique et entraînante.

Dirty Raven (2021)

Dirty Raven : Facebook / Instagram / Twitter / SoundcloudYoutube / Site Officiel

Les photos : ici.

GUN SALOON ESPECIAL

C’est avec Gun Saloon Especial que nous poursuivons cette belle édition de Rock’N Bock. Le trio prend possession de la scène et lance les festivités avec « TNT Especial ». « Desperado » et « Duel » sont envoyés dans la foulée. L’ensemble, composé d’une guitare, d’une batterie et d’une contrebasse, est remarquable. Aussi déjantés qu’excellents, les 3 lascars nous offrent un joli mélange de rockabilly, de surf, de gottabilly et de musique western. Les influences punk, stoner et hard-rock ne sont pas très loin. Il n’y qu’à voir la contrebasse de Dan à l’effigie de Lemmy Kilmister ! Les trois musiciens distillent un rock entraînant et fédérateur. Le mariage de la contrebasse avec des riffs rock’n roll, metal, punk, stoner, voire psyché ne passe pas inaperçu. L’ensemble proposé fonctionne bien ! Un beau mélange de styles musicaux offert par Gun Saloon Especial qu’il faut absolument aller voir et qui vaut vraiment le détour ! Le groupe nous a offert un excellent moment dans la continuité de cette très belle soirée !

Gun Saloon Especial (2021)

Gun Saloon Especial : Facebook

Les photos : ici.

LA JARRY

Ça fait déjà un p’tit moment que nous avions envie de les voir, tant nos potes de Daisy Driver nous en ont parlé, nous en ont dit du bien après avoir eu l’occasion de jouer avec eux ! Chez Paulette notamment… Une nouvelle date est d’ailleurs prévue pour la fin de l’année 2021, au même endroit, avec les mêmes protagonistes ! Histoire de présenter LA JARRY, la formation est composée de Benoît Pourtau à la guitare et au chant, de David Pourtau à la guitare, d’Alexandre Thibault à la batterie, et d’Arnaud Bottin à la basse. Formé en 2000 à Orléans, le groupe tire son nom d’un quartier d’Olivet, dans l’agglomération d’Orléans. À l’aube de la sortie du 6ème album – « Superepok » – et d’une nouvelle tournée à l’étranger, la formation Orléanaise poursuit son chemin et était de passage ce samedi soir à Maxéville. Les premiers sons se font entendre. Le groupe débarque sur scène et lance les festivités avec « La Rengaine ». « Liverpool » est envoyé dans la foulée. Benoît harangue la foule. Ça va Maxéville ?!! Je veux voir tout le monde les bras en l’air !!! Il fait chanter le public. Le show se poursuit avec « J’Habite En France », titre qui sera sur le nouvel album. Le groupe prend des nouvelles de l’assistance. Vous êtes déjà saouls ?!! Pas encore ?!! Foutez-moi un peu le bordel !!! Il annonce alors la chanson suivante. Le gros problème de ma vie, c’est que je ne sais pas danser… Est-ce qu’il y en a parmi vous qui ne savent pas danser non plus ? Ensemble, on va essayer, n’importe comment…

La Jarry (2021) (1)

Et c’est parti, avec « Je Ne Danse Pas Avec Les Stars ». Encore une nouvelle chanson, un clin d’oeil à tous les amis de la téléréalité… Benoît invite le public à venir mal danser sur scène. Yasmine, Bruno et Nina montent sur le plateau et s’en donnent à coeur joie. LA JARRY enchaîne avec « Babylone » et provoque gentiment la foule. Maxéville !!! Vous commencez un peu à vous réveiller ?!! On savait qu’en venant là il y avait un public un peu fatigué… Mais on est en train de changer d’avis là… Tu m’étonnes, le public est chaud bouillant maintenant, et reprend le refrain en choeur. Benoît provoque encore un p’tit peu lorsque la foule applaudit. On vient d’Orléans… On est parti ce matin… Vous croyez quand même pas qu’on va se contenter d’un petit chuchotement !!! Vous vous foutez de ma gueule !!! La foule hurle alors de plus belle. Le groupe sait manier le public avec malice et provocation. Et ça marche ! Durant ce tour de chant, un autre nouveau morceau nous est proposé, un titre teinté de reggae : « Pas Le Choix ». Le chanteur harangue encore la foule. Maxéville, faites du bruit !!! « Le Chat Noir » et « Charité Business » font également partie du récital. Benoît nous présente les musiciens qui nous font à tour de rôle une belle démonstration de leur savoir-faire. C’est avec « Mea Culpa » que le set se termine, l’occasion de faire chanter une nouvelle fois le public qui est chaud bouillant. La foule danse et claque des mains. Le groupe reçoit une belle ovation pour cette jolie prestation et cette très belle ambiance ce samedi soir au Rock’N Bock Festival ! Hâte de vous revoir prochainement les gars !

La Jarry (2021) (2)

La Jarry : Facebook / Instagram / Twitter / Youtube / Site Officiel

Les photos : ici.

JEWLY

Le temps de faire les balances, et Jewly nous emmène dans son univers mêlant le rock à l’électro, le tout avec une petite teinte de blues et de pop. Accompagnée d’un trio guitare – basse – batterie, l’artiste nous présente en très grande partie le nouvel album « Toxic » sorti en avril 2020. Ce 3ème opus décrit en 10 étapes le parcours de vie d’une personne face à 10 situations toxiques. Les 10 titres, mis bout à bout, forment une phrase révélatrice de sa délivrance. My Dear / I Just Need To / Listen To Myself / And Realise / I Am Strong Enough / Ready To / Purify / Face And Change / The Stupid Game Of / Toxicity. C’est avec « I Just Need To » que le set est lancé, suivi de « Listen To Myself » et « And Realise ». La voix est chaude, puissante. Les envolées vocales sont impressionnantes. Le mélange de guitares et de sons synthétiques est entêtant. Le show se poursuit avec « Melody », extrait de l’album « Drugstore » sorti en 2017. « Ready To » nous ramène au nouvel opus, et Jewly nous offre une reprise de Destiny’s Child avec « Survivor ». « Purify » et « The Stupid Game Of » nous amènent petit à petit à la fin du show. C’est avec « Kim » que le set se termine. L’artiste nous a offert une très belle prestation. On ne s’y trompe pas et les applaudissements du public en témoignent !

Jewly (2021)

Jewly : Facebook / Instagram / Twitter / Youtube / Site Officiel

Les photos : ici.

NO MONEY KIDS

C’est avec le blues teinté d’électro de No Money Kids que nous terminons cette très belle soirée. Le duo composé du guitariste chanteur Félix Kazablanca et du compositeur, bassiste et sampleur JM Paletan vient compléter ce très beau plateau proposé par le Rock’N Bock Festival. Un grand merci à toute l’équipe, aux bénévoles, à la ville de Maxéville et à toutes les personnes qui nous ont fait vivre ce superbe moment !

No Money Kids (2021)

No Money Kids : Facebook / Instagram / Twitter / Bandcamp / SoundcloudYoutube / Site Officiel

Les photos : ici.

Photos : Fabrice A.

#Live / #Report / #LiveReport / #Review / #LiveReview / #Photos / #Pictures