La Magnifique Sociéty 2021 vignetteLa Magnifique Society /

Reims (51) /

Le 26 Juin 2021 /

Notre avis :


Après une longue période de disette musicale, La Magnifique Society nous proposait ce week-end le retour des festivités. Une véritable envie de retrouver les concerts s’est ressentie dans l’enthousiasme général, tant au niveau de l’organisation que des festivaliers. Cette année, 2 scènes seulement (Central Parc et Club Trotter), et un protocole aménageant un sens unique de circulation pour éviter au maximum le brassage de personnes. Des tables et des bancs étaient mis en place. Les commandes des repas, des boissons, du merch se faisaient via l’application mobile. Une 4ème édition particulière liée au COVID, avec au programme trois jours de live, comptant une quarantaine de groupes et artistes fidèles à l’esprit du festival. Entre plaisirs encore inconnus du grand public, héros actuels du rock, du rap, de l’électro et têtes couronnées de la pop internationale ! Nous étions présents pour la journée du samedi. Et quel plaisir de pouvoir vivre ça à nouveau !

CHESTER REMINGTON

C’est avec Chester Remington que nous avons le plaisir de débuter cette édition. La formation Rémoise nous propose un mélange de rock stoner et de rock psychédélique, offrant des rythmes garage et de belles envolées vocales. Du lourd, avec des basses saturées et des riffs de guitare aux sonorités surf rock des 60’s. Pied au plancher, le groupe nous présente les extraits de l’EP intitulé « Nobody Cares About My 4 Tracks Record », dont « Two To Two », enregistré sur radio cassette. 3 autres morceaux figurent sur cet enregistrement : « Nobody Cares About My 4 Tracks Record », « Stop Having Fun » et « Yellow Coat ». C’est d’ailleurs ce dernier titre qui est joué pour clôturer le set, l’occasion pour le chanteur de revêtir son ciré jaune (alors qu’il fait très beau !). Chester Remington quitte la scène sous les applaudissements. Une belle découverte bien rock pour débuter la journée !

Chester Remington (2021)

Chester Remington : Facebook / Instagram / Youtube

Les photos : ici.

47TER

En tournée tout l’été, en attendant les Zéniths prévus l’année prochaine, la formation originaire de Bailly dans les Yvelines était de passage à La Magnifique Society pour la plus grande joie des fans venus nombreux au Parc De Champagne. Les trois potes, Pierre-Paul, Blaise et Lopes se sont démarqués sur la toile en postant une série de freestyles « On Vient Gâcher Tes Classiques », reprenant des instrumentaux connus qu’ils ont revisités avec des instruments différents, tout en y apposant leurs propres textes. Le tout avec un excellent sens de la dérision. Depuis, 47Ter excelle avec ses propres compositions pop/rap. L’album « L’Adresse » , sorti en 2019, a fait l’unanimité auprès de la jeune génération. C’est avec « Vivre » que 47Ter lance les festivités. Sur « J’Essaie », le public est debout, chante et danse. La foule claque des mains sur « La Seule », puis un morceau du 1er EP nous est ensuite proposé : « Petit Prince ». Pierre-Paul se chauffe la voix sur « Plus Tard ». Nous avons droit à une présentation des musiciens, des techniciens. Le groupe échange régulièrement avec le public. Y’en a qui connaissent le piano souffleur ? « On Vient Gâcher Tes Classiques N*6 » est envoyé. Le public est invité à bouger de droite à gauche et de gauche à droite. La foule chante sur « Côte Ouest ». Vous êtes magnifiques Reims ! Merci de nous avoir écoutés ! Le show se poursuit alors avec « Maintenant ». Belle ambiance festive pour un set dansant ! 47Ter évoque le 2ème album « Légende » sorti cette année. « L’Adresse » nous est ensuite proposé. Rendez-vous à l’adresse, rendez-vous au 47ter… La formation échange encore avec l’assistance, demandant aux personnes d’où elle viennent… La communion est parfaite. Le groupe finit par quitter la scène sous une ovation, remerciant encore le public, les bénévoles… Un très beau moment !

47TER (2021)

47Ter : Facebook / Instagram / Twitter / Youtube / Site Officiel

Les photos : ici.

JOHAN PAPACONSTANTINO

Direction le Club Trotter où se produit Johan Papaconstantino, artiste autodidacte et pluridisciplinaire, à la fois auteur, compositeur, interprète et peintre. C’est un ensemble composé de musique pop aux influences Grecques, mêlée au RnB, au rap et à l’électro qui nous est proposé. Les sonorités sont orientales. Johan Papaconstantino nous fait voyager avec son premier EP de 9 titres intitulé « Contre-jour ». C’est un trio qui est présent sur scène. Une petite intro musicale annonce le début du set. « J’Aimerai » nous est proposé. L’artiste chante en français, doté d’un bouzouki. Il nous fait l’honneur d’un nouveau morceau qui n’a jamais été joué et qui sort le 30 : « Tata ». « Lundi » et « Lavi » font également partie du tour de chant, ainsi que le premier morceau qu’il a écrit : « Pourquoi Tu Cries ? ». C’est avec « Les Mots Bleus » de Christophe, en version orientale, que le set se termine.

Johan Papaconstantino (2021)

Johan Papaconstantino : Facebook / Instagram / Soundcloud / Youtube

Les photos : ici.

SÉBASTIEN TELLIER

Retour au Central Parc avec Sébastien Tellier. Revêtu d’une veste multicolore, une casquette vissée sur la tête, des lunettes de soleil, le dandy électro est derrière son piano. L’artiste arbore sa longue barbe habituelle. Le set est lancé avec « Sexual Sportswear », une longue phase instrumentale, et les premières paroles se font entendre sur « Roche ». Je rêve de Biarritz en été… La grande partie du récital, le dandy électro est à son piano. Il se lève sur « Fingers Of Steel » avant de retourner à son instrument pour « La Ritournelle », le fameux extrait de « Politics » sorti en 2004. Dans l’assistance, nous surprenons quelques personnes fermant les yeux, se balançant hasardeusement ou ne quittant pas du regard l’artiste à son piano. Sébastien Tellier parcourt les temps forts de sa riche discographie, épaulé par ses trois musiciens, dont le claviériste David Numwami. 2020 a d’ailleurs été une année prolifique avec 2 albums : « Domesticated » et « Simple Mind » où il revisite certaines de ses plus belles compositions en version acoustique. L’artiste nous a offert cet après-midi un moment hors du temps !

Sébastien Tellier (2021)

Sébastien Tellier : Facebook / Instagram / Twitter / Youtube

Les photos : ici.

SERPENT

La nouvelle formation menée par Mathieu (Peudupin), alias Lescop, est venue nous présenter les morceaux qui composent « Time For A Rethink », l’EP sorti en décembre dernier. Le chanteur Rochelais joue désormais collectif, accompagné d’Adrian Edeline et de Martin Uslef (Martin Lefebvre) aux guitares, de Quentin Rochas à la basse et de Wendy Killmann à la batterie. L’ensemble proposé est énergique, des textes en anglais sur un concept de « post-funk ». C’est avec « Don’t Think Twice » que le set est lancé. Bonsoir on s’appelle Serpent ! « Waiting In The Park » est enchaîné dans la foulée. On a du temps à rattraper… Depuis un an… « Love/Hate » et « Distant Call » sont également proposés dans ce tour de chant. Une musique résolument ancrée dans le rock, le post-punk, le noise et la cold. Le groupe cite ainsi volontiers Crack Cloud, Life, HMLTD ou bien encore The Rapture comme points de repère. Belle découverte !

Serpent - 2021

Serpent : Facebook / Instagram / Twitter

Les photos : ici.

PHILIPPE KATERINE

On ne présente plus l’artiste le plus déjanté de la scène française. Philippe Katerine a mis l’ambiance au Parc De Champagne ! Ses prestations et ses interventions surréalistes sont toujours aussi irrésistibles. En guise de décor : des énormes narines au fond de la scène par où l’artiste et ses musiciens font leur entrée. Coiffé de 2 tresses, une casquette orange vissée sur la tête, Philippe Katerine revêt une cape bleue en poil de bête. La grande classe et l’art du spectacle ! Dès les premières notes, une bonne partie du public se retrouve debout. Nous avons droit dès le départ à ces phrases devenues cultes : « Et je coupe le son !», «Et je remets le son ! », « J’adooooore ! ». L’ambiance est là. Le public ne se fait pas prier pour répondre aux propositions décalées, drôles et poétiques de l’artiste. Les gens chantent, dansent. La magie opère. Philippe Katerine peut traiter le public de C.O.N.S, il aime ça et en redemande. Les titres s’enchaînent : « BB Panda », «Louxor J’Adore », « Compliqué », « Blond » et « La Banane ». Des doigts gonflables se dressent sur scène. Un pot pourri nous est proposé : « Point Noir Sur Feuille Blanche », « Des Bisous », « Moustache », « Le 20-04-2005 ». Chanteur et musiciens arborent alors de grandes oreilles, un nez crochu et des lunettes de soleil. Le show se poursuit avec « La Reine d’Angleterre », « Philippe », « Des Bisous », « Sexy Cool »… Le public est conquis par ce grand moment d’échanges et de déconnade. La fin du set mettra à l’honneur l’album « Confessions ». Une très belle prestation !

Philippe Katerine (2021)

Philippe Katerine : Facebook / Instagram / Youtube / Site Officiel

Les photos : ici.

LAST TRAIN

Le groupe entre en scène sur un thème d’Ennio Morricone : « The Lonely Shepherd ». La volonté d’en découdre est flagrante dans l’attitude et la posture des protagonistes. La motivation est plus qu’évidente. C’est avec « All Alone » que le set est lancé. Bonsoir Reims ! Nous sommes Last Train ! Est-ce que vous êtes prêts ?!! Le public est invité à se lever. Le tour de chant nous offre puissance et explosion. Du rock à l’état brut, des guitares distordues à l’appui d’une batterie énervée. Dense et prenant. « Way Out », « On Our Knees » et « Fire » font partie des morceaux proposés. Les changements de rythme, les déchaînements torrentiels, les accélérations, les coups d’arrêt soudains sont la marque de fabrique de Last Train. Une claque musicale magistrale et « The Big Picture » vient terminer le set. Dix minutes de quasi-blues incantatoire et volcanique. Ravi de vous revoir sur scène les gars ! Putain, ça fait du bien !

Last Train (2021)

Last Train : Facebook / Instagram / Twitter / Youtube / Site Officiel

Les photos : ici.

Photos : Fabrice A.

#Live / #Report / #LiveReport / #Review / #LiveReview / #Photos / #Pictures