Eurockéennes-2018 vignetteLes Eurockéennes

Belfort (90)

Du 05 au 08 Juillet 2018

Notre avis :


La 30ème édition des Eurockéennes a accueilli près de 135 000 festivaliers cette année ! Record battu pour cet anniversaire où La Patrouille de France est venue survoler le site du Malsaucy. Après une première journée qui s’est déroulée sous des trombes d’eau, les jours suivants ont été plus cléments. 4 grosses cylindrées ont fait venir le public en masse : Texas, Nine Inch Nails, The Queens Of The Stone Age et Shaka Ponk. Et comme chaque année, nous avons eu droit à de jolies découvertes…

Jour 1

TEXAS

Il fallait prendre son mal en patience dans les énormes bouchons qui mènent au Malsaucy. Plus de 2 heures pour faire 15 km ! De mémoire, nous n’avions jamais vu ça ! Au loin, nous avons pu apercevoir la démonstration de La Patrouille de France qui a fait sept passages au-dessus du festival. À notre arrivée sur le site, Texas a déjà lancé les festivités. C’est « Summer Son » qui nous est proposé, suivi de « Halo ». Le groupe reçoit déjà une belle ovation, et Sharleen remercie chaleureusement la foule. Après avoir crié son amour au public, « Everyday Now » est envoyé. Texas enchaîne les tubes, et il y en a en pagaille ! La foule chante sur « Let’s Work It Out ». C’est impressionnant ! « When We Are Together » et « Once In A Lifetime » sont proposés dans la foulée. Il se met alors à pleuvoir, donnant à Sharleen l’occasion de rappeler ses origines. Ah, le climat Écossais ! Le public claque des mains au lancement de « Tell That Girl ». Sharleen Spiteri s’est doté d’une guitare pour l’occasion. « Black Eyed Boy » vient poursuivre le show, et Texas reçoit une nouvelle ovation. La chanteuse indique que c’est la troisième fois qu’elle passe aux Eurockéennes avec son groupe. Merci ! Vous êtes super génial ! Elle nous annonce ensuite une chanson d’amour : « In Demand », joué à la guitare acoustique, demandant au public d’allumer les téléphones portables pour une pluie d’étoiles. La foule reconnaît « I Don’t Want A Lover », et la pluie redouble d’intensité. « Inner Smile » est envoyé. Sharleen reste sous les trombes d’eau, solidaire avec le public présent sous le déluge. Les fans chantent sur « Say What You Want », et le groupe les remercie d’être restés sous la pluie avant de quitter la scène.

Texas - Les Eurockéennes 2018

Les photos : ici.

DREAM WIFE

Nous prenons ensuite la direction de La Loggia pour y découvrir le groupe anglo-islandais composé de Rakel Mjöll au chant, d’Alice Go à la guitare et de Bella Podpadec à la basse. Sur scène, le trio féminin est accompagné d’Alex Paveley à la batterie. Le set est lancé avec « Hey Heartbreaker 03:20 », extrait de leur premier album. C’est un son pop-punk qui nous est proposé, aussi acidulé que leurs tenues ! Une version très rock-électro de « Lolita » vient poursuivre le show. Rakel adresse ses premiers mots au public. Hello ! We are Dream Wife from London ! Thank you for dancing in the rain ! « Fire » est ensuite envoyé, suivi d’une chanson d’amour : « Love Without Reason ». Le son se veut plus doux, mais toujours rock à souhait. Thank you for staying in spite of the rain ! This is our first time in Belfort ! Rakel annonce ensuite le très énergique « Somebody ». Un set très rock et dynamique qui a plu au public !

Dream Wife - Les Eurockéennes 2018

Les photos : ici.

Jour 2

OUR GIRL

C’est avec Our Girl que nous débutons cette seconde journée. Nous avons eu l’occasion de voir le dernier 1/4 d’heure du set, et c’est un ensemble plutôt calme et lancinant qui nous a été proposé sur les derniers morceaux. Originaire de Brighton, le trio composé de Soph Nathan, de Josh Tyler et de Lauren Wilson évolue dans la pop garage. Le public, arrivant petit à petit en ce début de journée, a eu l’occasion de découvrir quelques titres de l’album intitulé « Stranger Today » : « Our Girl », « In My Head », « I Really Like It », « Being Around », « Two Life » et « Boring ».

Our Girl - Les Eurockéennes 2018 (2)

Les photos : ici.

NOTHING BUT THIEVES

Nous prenons ensuite la direction de La Grande Scène où se produit Nothing But Thieves. Les premiers sons se font entendre, et le public réagit. C’est avec « I’m Not Made By Design » que sont lancées les festivités. Conor échange ses premiers mots avec le public. Hello ! Ça va ? Are you ready ?!! « Ban All the Music » est alors enchaîné. Le public claque des mains et fait une belle ovation au groupe. Bonsoir ! We are Nothing But Thieves, from England ! Le show se poursuit avec « Wake Up Call » et « Excuse Me ». Conor se dote d’une guitare pour « Soda », proposant un moment plus doux. Le public reconnaît ensuite « Itch », dont les sonorités nous rappellent un peu celles de Muse. « Live Like Animals » et « I Was Just A Kid » sont enchaînés. Le public est invité à sauter. Le groupe nous offre sur la fin du set une petite reprise de Led Zeppelin avec « Immigrant Song ». Le public est conquis !

Nothing But Thieves - Les Eurockéennes 2018 (2)

Les photos : ici.

INSECURE MEN

Petit passage à La Loggia où la formation menée par Saul Adamczewski lance son tour de chant avec « Cliff Has Left The Building ». C’est plutôt lancinant, et nous continuons dans la même veine avec « Subaru Nights ». « I Don’t Wanna Dance (With My Baby) » nous offre un peu plus de rythme, mais nous avouons que l’ensemble proposé a du mal à nous tenir en haleine… Nous prenons alors la direction de La Plage pour un show plus rythmé, celui de Beth Ditto.

Insecure Men - Les Eurockéennes 2018

Les photos : ici.

BETH DITTO

C’est avec « Oh My God » que la diva ouvre le bal. Très loquace, elle communique régulièrement avec le public et fait part de sa joie de voir autant de monde. « In And Out » est ensuite envoyé. L’ensemble proposé est très dansant et nous offre un très bon moment. L’accueil du public est des plus chaleureux. Vous êtes très gentils ! Merci ! Le show se poursuit avec « Fake Sugar » et « I Wrote The Book ». La Plage est noire de monde. La foule danse et claque des mains. Beth Ditto nous propose quelques titres de Gossip : « Yr Mangled Heart », « Love Long Distance », « Standing In The Way Of Control » et « Heavy Cross » qui clôture le set. À noter également la reprise des Red Hot Chili Peppers avec « Under The Bridge ». Beth Ditto dégage une générosité et une énergie incroyable ! Une machine à danser redoutablement efficace !

Beth Ditto - Les Eurockéennes 2018

Les photos : ici.

WARMDUSCHER

Le groupe arrive sur scène et s’adresse directement à la foule. Are you ready for rock’n’roll ?!! C’est avec « Uncle Sleepover » que les festivités sont lancées, suivi de « Big Wilma » et « Whale City ». Warmduscher nous propose un set un peu déjanté, à base de punk-garage et de blues. Un des protagonistes triturant les sons ne fait quasiment que de la figuration à côté du chanteur. Tout un concept ! Les membres de Insecure Men se trouve dans l’assistance pour ce set complètement fou !

Warmduscher - Les Eurockéennes 2018 (2)

Les photos : ici.

PROPHETS OF RAGE

Les protagonistes prennent possession de La Grande Scène, et les poings sont levés dès le départ. Le set est lancé avec « Prophets Of Rage » de Public Enemy, avant de continuer avec « Testify » de Rage Against The Machine. Les fans de RATM sont encore aux anges avec « Take The Power Back ». Le show se poursuit avec « Heart Afire » et « Hail To The Chief », et nous revenons à Rage Against The Machine avec « Know Your Enemy ». C’est avec « Bulls On Parade », « Freedom » et « Killing In The Name » que le set est clôturé. B-Real n’hésite pas à venir au contact du public ! Intense et fougueux !

Prophets Of Rage - Les Eurockéennes 2018 (2)

Les photos : ici.

NINE INCH NAILS

Les premiers sons font réagir le public, et c’est avec « Somewhat Damaged » que le set est lancé. « The Day The World Went Away » vient poursuivre le show à grand renfort de stroboscopes. Les morceaux s’enchaînent : « Wish », « Less Than » et « March Of The Pigs ». Les jeux de lumière sont impressionnants, et Trent Reznor dégage une force et une énergie incroyable ! Un hommage est rendu à David Bowie avec « I’m Afraid Of Americans ». Nine Inch Nails nous avait déjà offert un concert dantesque en 2000 sous le chapiteau, et il y a fort à parier que les fans se rappelleront également de cette très belle prestation ! De gros riffs, des machines. Un son solide et puissant, post-apocalyptique, porté par la voix du charismatique Trent Reznor en chef de meute, qui manie la douceur pour mieux ménager un déluge de feu sur scène !

Nine Inch Nails - Les Eurockéennes 2018

Les photos : ici.

Jour 3

TOUTS

Nous débutons cette troisième journée à La Loggia où le groupe originaire d’Irlande Du Nord salue le public à son arrivée sur scène. Le trio nous propose du punk rock et distille quelques extraits des 2 EPs qui composent leur discographie : « Sickening And Deplorable » et « Lit », avec entre autres : « Asleep », « What You Say », « Political People », « Go Fuck Yourself », « Bomb Scare »… Le groupe nous indique qu’il s’agit de leur première fois en France. Après un petit solo de batterie, le final est explosif. Le bassiste finit dans la foule. Une énergie et de la révolte qu’ils mettent dans du punk interprété tambour battant !

Touts - Les Eurockéennes 2018

Les photos : ici.

CAROLINE ROSE

Complètement allumée, Caroline Rose fait parler son imagination débordante et son sarcasme. C’est dans une tenue improbable et un décor plutôt kitsch que se déroule le show. La tenue est à mi chemin entre sportive des années 80 et baba cool. Le décor est composé de boas rouges, d’un chat en peluche, d’un poulet en plastique… De façon barrée, Caroline Rose nous embarque dans son tour de chant, avec des extraits de l’album sorti en tout début d’année : « Loner ». L’ensemble est plutôt marrant et très efficace. Caroline Rose nous a offre une reprise de Britney Spears avec « Toxic ». Une prestation déjantée, et au final, une belle surprise !

Caroline Rose - Les Eurockéennes 2018

Les photos : ici.

AT THE DRIVE-IN

Pour la première fois depuis le début du festival, nous nous rendons à La Greenroom pour le show d’At The Drive-In. Les protagonistes se font attendre. Les lumières finissent par s’éteindre, et une hyène est projetée sur le fond de la scène. Le groupe s’installe et lance le set avec « Arcarsenal » et « No Wolf Like The Present ». Mené au chant par Cedric Bixler-Zavala, accompagné du guitariste Omar Rodriguez-Lopez et du batteur Tony Hajjar, At The Drive-In nous propose un set survolté. Le chanteur est exubérant, parcourt la scène d’un bout à l’autre, saute, lance son micro… Il va même jusqu’à montrer son cul à la caméra. Malgré tous les efforts, l’ensemble proposé est plutôt fouillis, avec un son qui n’a pas permis d’apprécier le show à sa juste valeur.

At The Drive In - Les Eurockéennes 2018

Les photos : ici.

QUEENS OF THE STONE AGE

Au son de « Singin’ In The Rain », la foule se fait entendre. Les protagonistes prennent possession de la scène, et le set est lancé avec « A Song For The Deaf ». Les jeux de lumière sont impressionnants. Des néons de toutes les couleurs plantés sur la scène créent une belle ambiance. Le public reconnait « Sick, Sick, Sick » et claque des mains au lancement de « Feet Don’t Fail Me ». Les premiers slams font leur apparition… Le show se poursuit avec « The Way You Used To Do » et « You Think I Ain’t Worth A Dollar, But I Feel Like A Millionaire ». Jon Theodore nous offre un joli solo de batterie sur « No One Knows ». Le public chante sur « Make It Wit Chu ». « Little Sister », « Go With The Flow » et « A Song For The Dead » viennent clôturer ce set propre et efficace. Josh Homme et sa bande, qui venaient pour la 4ème fois aux Eurocks, nous ont présenté une très belle prestation ! Leur dernier album n’a de « Villains » que le nom. Plein de riffs, d’effets, de cordes et de claviers. Du rock très pop et léché qui fleure bon le stoner bien gras, sentant la sueur. Encore une belle claque sur scène ! Superbe !

Queens Of The Stone Age - Les Eurockéennes 2018

Les photos : ici.

Jour 4

MARLON WILLIAMS

La 4ème journée débute à La Loggia avec la folk proposée par Marlon Williams. C’est tout en douceur que nous commençons cette dernière ligne droite. Le set est lancé avec « What’s Chasing You » et « Dark Child ». Marlon Williams nous honore ensuite d’une reprise de Teddy Randazzo avec « Lost Without You ». Le Néo-Zélandais a eu l’occasion de nous faire découvrir quelques extraits de « Make Way For Love » sorti en tout début d’année.

Marlon Williams - Les Eurockéennes 2018

Les photos : bientôt.

ALICE IN CHAINS

Désormais dans les derniers dinosaures de la scène de Seattle des années 90 qu’ils partageaient avec Nirvana ou Pearl Jam, les gars d’Alice In Chains n’ont pas changé de ligne directrice : riffs lourds, mélodies sensibles et harmonies vocales travaillées. On ne s’en lasse pas ! Depuis leur retour, après la mort de leur chanteur Layne Staley, ils ont su se transcender et nous donner encore mieux. Pour leur grande première aux Eurockéennes, nous avons eu la chance de savourer la patte du guitar-hero Jerry Cantrell, compositeur du groupe au style très particulier ! Un son tourmenté, sombre, qui prend les tripes. Profond, costaud, à base de grosses guitares.

Alice In Chains - Les Eurockéennes 2018

Les photos : bientôt.

DEAD CROSS

Le chapiteau est étrangement clairsemé. Mike Patton déboule sur scène avec une cagoule qu’il finit par enlever assez rapidement. Comme pour At The Drive-In, nous regrettons la qualité du son de La Greenroom. Le set est lancé avec « Seizure And Desist » et « Idiopathic ». L’ensemble proposé est plutôt rugueux. Un nuage de poussière apparaît avec le circle pit et le pogo organisés dans la fosse. Dead Cross nous honore d’une reprise des Stooges avec « Dirt ». Un jeune garçon dénommé Stanislas se rappellera toute sa vie d’être monté sur scène au côté de Mike Patton ! Une sacrée débauche électrique et rythmique balancée par des techniciens hors pairs ! Frénétique !

Dead Cross - Les Eurockéennes 2018

Les photos : bientôt.

THE LIMINANAS

Nous nous rendons ensuite à La Loggia où The Limiñanas nous présentent quelques extraits de « Malamore », le quatrième album sorti en 2016. Le duo Catalan se transforme en collectif musical sur scène. Sauf erreur, nous dénombrons 7 personnes sur le plateau bien rempli. L’ensemble proposé est dansant et envoûtant. Il nous est permis de découvrir la reprise de Them : « Gloria », suivi de « Betty And Johnny ». Le chant est partagé au sein du collectif qui nous a offert un joli moment. De belles ballades, aux sons soigneusement travaillés à grand renfort de pédales reverb. Et pour nous une très belle découverte !

The Liminanas - Les Eurockéennes 2018

Les photos : bientôt.

LIAM GALLAGHER

Direction La Grande Scène où se produit Liam Gallagher et sa nonchalance habituelle. À notre arrivée, c’est « Rock ‘N’ Roll Star » qui est joué, suivi de « Morning Glory ». Le début du set fait la part belle à Oasis !  « Greedy Soul » et « Wall Of Glass » sont ensuite enchaînés. Lors de ce tour de chant, nous revenons régulièrement à Oasis avec « Some Might Say », « Listen Up », « Whatever », « Supersonic », « Cigarettes & Alcohol », « Live Forever » et « Wonderwall ». Fidèle à son attitude, Liam Gallagher reste planté derrière son pied de micro, les mains dans le dos. Entouré de bons musiciens, le show est malgré tout prenant, surtout pour les fans d’Oasis !

Liam Gallagher - Les Eurockéennes 2018

Les photos : bientôt.

SEASICK STEVE

C’est sans doute une des plus belles sensations de la journée. Muni de ses instruments improbables, accompagné d’un batteur et d’un guitariste, Seasick Steve réussit à séduire la foule dès les premiers instants. Le set est lancé avec « Don’t Know Why She Love Me But She Do » et « Last Po’ Man ». Évoluant dans le blues rock très rythmé, Seasick Steve saisit l’occasion de nous annoncer la sortie d’un nouvel album en septembre et nous présente quelques morceaux. Il boit régulièrement quelques gorgées de vin rouge à la bouteille. Pour « Walkin Man », une chanson d’amour, il invite une spectatrice sur scène pour lui offrir cette ballade. Un beau grand moment !

Seasick Steve - Les Eurockéennes 2018

Les photos : bientôt.

SHAKA PONK

Nous voici arrivés au dernier concert de ce très beau week-end. Quel show, et quel visuel ! C’est assurément le groupe le plus attendu du festival, et Shaka Ponk, devenu le plus emblématique groupe de rock français du moment, a tenu son rôle de tête d’affiche en proposant un spectacle puissant ! La foule des grands jours était au rendez-vous pour un son et lumière composé d’animations 3D, décors, costumes… Le show est lancé avec l’apparition de 3 singes projetés sur le fond de la scène. Steve s’installe aux claviers, suivi de Ion à la batterie, de Cyril à la guitare et de Mandris à la basse. Ce dernier est revêtu d’un manteau blanc et d’une crête incroyable ! Le show commence avec une intro musicale visuelle. Dans un décor de temple en ruine, les vidéos vont défiler durant toute la durée du spectacle. Singes, gorilles et autres monstres en sont les principaux acteurs.

Shaka Ponk - Les Eurockéennes 2018 (2)

Frah et Samaha débarquent à leur tour. Samaha arbore une immense crête tressée sur la tête. Avec son look d’amazone gothique, elle reste dans un premier temps au fond de la scène, fusionnant avec les vidéos du moment. Samaha se retrouve alors avec des bras virtuels. Coordonnant leurs gestes, Frah et Samaha jouent régulièrement avec les images, se fondant parfaitement dans les animations. Frah ne perd pas de temps et prend son premier bain de foule. Shaka Ponk sait distiller quelques messages entre les morceaux. Si tu es un garçon et que tu aimes un garçon, on t’a peut-être déjà dit que tu étais twisted. Moi, je suis fier d’être différent. Et vous, est-ce que vous êtes twisted ? Le show a été explosif et tout simplement grandiose ! La prestation du groupe restera dans toutes les mémoires, avec cette production précise visuellement et cette puissance musicale. Puissant musicalement, grandiose et démentiel. Un très très bon moment !!!

Shak Ponk - Les Eurockéennes 2018

Les photos : bientôt.

Les Eurockéennes : Site Officiel / Facebook / Twitter