Marilyn Manson – The Pale Emperor

2015 – 10 titres + 3
Style : Metal
Label : Cooking Vinyl / Hell, etc. Records
Sortie : 19/01/2015


The Pale Emperor est le neuvième album studio de Marilyn Manson. Il est produit par Marilyn Manson himself et Tyler Bates, guitariste du groupe. 3 années se sont écoulées depuis Born Vilain et, pour ce nouvel opus, Manson s’est rapproché de Shooter Jennings, chanteur de musique Country… Peut-être pour brouiller les pistes, ou chercher cette inspiration, qui manque tellement à Hank Moody (avec qui il a joué dans la saison 6 de Californication).
Quoi qu’il en soit, Marilyn Manson débute magistralement son nouvel album avec Killing Strangers, un titre écrit pour le film John Wick, avec Keanu Reeves, mais qu’on ne retrouvait pas sur la BO. Un titre aux paroles explicites telles que « Nous tuons des étrangers pour ne pas tuer ceux que nous aimons » ou « Nous avons des fusils, vous feriez mieux de courir ! » (M…F..cker !). Des paroles qui résonnent dans une société en proie au déchirement entre les peuples, entre les religions. L’animal social est en mal de repères ! Musicalement, le titre est basé sur une basse sous tension, des synthé angoissant, et des ligne de guitares blues ! S’ensuit immédiatement le nouveau single de l’album qui tourne déjà en boucle sur Youtube, avec 2.5 millions de vues… Et qui lui est une tuerie ! Le clip tres épuré, a été réalisé par un artiste hollandais, Bart Hess, plus connu pour son travail sophistiqué sur les corps humains. Un premier single, Cupid Carrie a gun avait déjà été dévoilé début janvier avec des textes tels que « Une main sur la gachette, l’autre dans la mienne« , dans une ambiance lourde, tendu. Du pure Manson là encore !

D’autres titres suivent la tandance de Killing Strangers, dans l’album et expliquent le rapprochement de Manson avec Shooter Jennings, montrant ainsi que Manson peut encore nous surprendre, malgré le temps qui passe. Third Day Of A Seven Day Binge, est un titre vraiment blues, bien plus roots. Tout comme Fall Of The House Of Death, en fin d’album, qui n’est autre que sa version quasiment acoustique. Day 3, autre titre bonus va aussi dans ce sens.
Mais ne vous méprenez pas, il n’a pas viré sa cuti pour devenir bluesman, et ne va pas se laisser pousser la barbe ou s’acheter une Harley Davidson, et encore moins faire un duo avec Johnny Winter (ah, oui, de toute façon, il est mort ! mais ce n’est pas ça qui l’arrêterait !)… Non, à 46 ans, Brian Hugh Warner ne s’est pas assagi, il ne s’est pas converti ! Il est toujours Marilyn Manson, l’antéchrist qu’on connait, et je dirais même qu’il remet les pendules à l’heure, apres trois albums précédents, moins passionnants. Bien que moins agressif, moins direct, The Pale Emporor parvient à retrouver le lien entre la mélancolie du Blues et la noirceur du Gothique de ses débuts, et même des débuts du Hard Rock (réécoutez les premiers AC/DC, vous comprendrez). On est finalement pas si loin de Sweet Dream, le titre qui l’a fait connaitre au plus grand nombre.
The Pale Emporor marque la résurrection de l’Empereur du Métal Gothique !

Facebook / Site officiel