RougeGorgeRouge – Nash

2019 –  10 titres – 43’47
Label : Autoprod
Style : Rock Progressif, Math Rock, Post Rock, Rock Psychédélique
Origine : France, Nouvelle Aquitaine, Bordeaux (33)
Date de sortie de l’album : début 2019

Notre avis :


Par Mike S.

Originaire de la région bordelaise, le groupe RougeGorgeRouge sort son troisième album, « NASH », un curieux mélange de Rock progressif, Post Rock et Rock psychédélique. Quelque part entre Sonic Youth, Joy Division et Liars. Si la musique et les émotions qu’elle procure, ont une forte empreinte sur le travail de RGR, les voix prennent de plus en plus de place, au point d’avoir introduit un troisième chanteur dans la formation, en la personne d’Adrien Texier, et renforçant par la même occasion les compos par de nouvelles lignes synthétiques de clavier Minibrute.  

Couverture sombre et enflammée, dominé par le rouge et le noire, le nouvel album de RougeGorgeRouge débute sur une composition électrique sous haute tension. Les troix voix de David, Julien et Adrien s’unissent et fusionnent pour tenter de prendre le dessus, sur les guitares saturées qui dominent ce Sulfur. Cette première impression de tension va aller en augmentant, dupliquant les émotions, sur Pyramide, un titre qui se veut plus synthétique d’abord, avec des nappes électroniques planantes assez oppressantes. Mais qui se veut aussi plus hypnotique, avec des percussions répétitives.

Ce climat à la fois oppressant et psychédélique est entretenu quasiment sur l’ensemble de ce nouvel jusqu’à The End of The Party notamment. Et si les percussions nous orientent vers un Math Rock assez moderne, les voix nous renvoient souvent vers une Cold Wave presque Punk, à l’image de Mazout, qui ouvre ses influences tout azimut, surtout vers le plus sombre de ce que les courants de la musique Rock ont pu imaginer au cour de ces 40 dernières années ! Le titre s’étend sur près de 8 minutes, à la manière des Liars, pionniers du Math Rock, pendant que les voix nous conduisent aux antipodes, dans divers recoins de la Cold wave et du Post Punk, de Joy Division à Editors. C’est noir, c’est froid, mais terriblement hypnotique. Et je parlais de Post Punk, mais Polonium, et son format resserré de 2mn47, aurait tendance à nous ramener à l’ère du Punk, tout court, s’il n’y avait les notes de clavier minimalistes, dignes des premières heures de l’informatique.

Vous l’aurez compris, il n’est pas question pour RougeGorgeRouge de rester dans une case ou une autre. Le groupe navigue à l’instinct et passe d’un registre à l’autre, en gardant juste à l’esprit une volonté de créer des émotions au travers d’une certaine tension électrique et d’une véritable recherche sonore et rythmique. Remain, véritable OVNI de cet album, finira de vous faire découvrir la largeur de l’éventail musical qui le groupe est capable d’imaginer, par son aspect totalement inclassable.

Alors, si vous avez envie de trouver un groupe qui vous fera totalement sortir des sentiers battus, RougeGorgeRouge est pour vous !

 


Bandcamp / Facebook


Line-up :
Alexandre Bordage (Guitares)
Julien Daugieras (Basse/Chant/Percussions)
David Loquier (Percussions/Moog/Chant)
Adrien Texier (Minibrute/Chant/Tambourin)

Tracklist :
01. Sulfur – 5’43
02. Pyramide – 5’18
03. The Event – 0’59
04. Garden Party – 3’30
05. Remain – 4’44
06. Mazout – 7’42
07. Polonium – 2’47
08. My way – 5’20
09. The End of The Party
10. A way

Discographie : 
1er album FROAST (2013) 9 titres
2nd album HYPERSOMNIA (2016). 8 titres