L'Autre Canal logoL’Autre Canal

Yak + The Schizophonics + Howlin’ Jaws

Le 22 Février 2019 – Nancy (54)

Notre avis :


Dans le cadre du « Festival Les Nuits De L’Alligator », L’Autre Canal accueillait ce vendredi soir Yak, The Schizophonics et Howlin’ Jaws pour une soirée mémorable ! Le meilleur du rock Anglais, Américain et Français était là pour un décrassage en bonne et due forme !

HOWLIN’ JAWS

Le trio originaire de Paris nous fait le plaisir d’ouvrir cette très belle soirée. Djivan est au chant et à la contrebasse, Lucas est à la guitare et Baptiste à la batterie. Coiffés de leur plus belle banane, les 3 compères nous ramènent au rock des années 50, 60, voire 70. Le set est lancé avec « Three Days ». Les premiers applaudissements se font entendre. Merci !!! Ça va, vous allez bien ?!! C’est la première fois qu’on joue à Nancy ! Ça nous fait super plaisir ! La prochaine s’appelle « She’s Gone ». L’enchaînement est fait directement avec « Oh Well ». Le temps des applaudissements encore une fois, et nous continuons avec « No Thanks ». Djivan a délaissé la contrebasse pour une basse, nous proposant ainsi un rock plus contemporain. L’énergie de la guitare et la force de la batterie font monter le show en intensité. Cette chanson s’appelle « Beer, Liquor And Wine ». Le retour de la contrebasse se fait pour « Stranger », et Djivan fait virevolter son instrument. Toutes les bonnes choses ont une fin malheureusement… Ça nous a fait hyper plaisir de jouer pour la première fois à Nancy ! Après avoir remercié les techniciens et les autres groupes, Howlin’ Jaws nous invite à les retrouver au merchandising. C’est par un petit « Medley » que le set se clôture. Le guitariste termine dans la fosse à l’issue d’une très belle prestation. Un bon tour de chauffe pour la suite des événements !

Howlin' Jaws (3)

Howlin’ Jaws :

Djivan Abkarian à la contrebasse, à la basse et au chant.
Lucas Humbert à la guitare.
Baptiste Léon à la batterie.

Howlin’ Jaws : Facebook / Instagram / Twitter / Youtube

Les photos de la soirée : bientôt.

THE SCHIZOPHONICS

Celle folle soirée se poursuit avec The Schizophonics qui nous viennent tout droit de San Diego. Mené par l’intenable chanteur-guitariste Pat Beers qui pourrait faire derviche tourneur, médaillé olympique de saut en hauteur ou imitateur de volcan en éruption, le trio nous offre un show impressionnant ! Du rock’n’roll de compétition, avec une énergie soul et supersonique comme on n’en voit plus depuis le MC5 ou James Brown. La salle est plongée dans l’obscurité. Un petit hello est adressé au public, et les premiers sons retentissent. Le set est lancé avec « Black To Comm ». La performance scénique de The Schizophonics est incroyable. Pat Beers arrive à jouer parfaitement de la guitare tout en sautant et courant dans tous les sens. Il danse, se roule par terre, se déhanche et n’hésite pas à faire le grand écart. On se demande comment il réussit à éviter l’emmêlage des câbles de guitare et de micro qu’il se prend de temps en temps dans les dents… Pat Beers est complètement dingue. Bon courage aux photographes pour avoir des clichés nets et cadrés ! Le décrassage d’oreilles se poursuit avec « Steely Eyed Lady ». Le temps des applaudissements, et « Battle Line » est envoyé. Quelle énergie ! Il n’y a pas de temps mort, et « Like A Mummy » continue sur ce même rythme effréné. Le trio reçoit une belle ovation avant de poursuivre avec « Ooga Booga Boogaloo » et « People In The Sky ». Le chanteur présente les musiciens et annonce un nouveau morceau : « Not Gonna Change My Mind ». La tornade continue avec « Down & Out » et « Something’s Gotta Give ». Pat Beers est en transe ! C’est avec « Whole Lot Of Shakin » que le set se termine. Howlin’ Jaws et Oliver Henry Burslem (de Yak) sont invités sur scène pour ce dernier titre. Pat Beers finit dans le public qu’il fait s’accroupir avant de se relever énergiquement. On le surprend même en train de marcher sur des barres en ferraille fixées au mur. Quelle tornade !!! Le groupe quitte la scène sous une ovation. Yak va devoir assurer après un tel show… Du très très haut niveau !

The Schizophonics (3)

The Schizophonics :

Pat Beers à la guitare et au chant.
Lety Beers à la batterie.
Blake Dean à la basse.

The Schizophonics : Facebook / Instagram / Twitter / Youtube / Bandcamp / SoundcloudSite Officiel

Les photos de la soirée : bientôt.

YAK

Originaire de Wolverhampton, au Royaume-Uni, la formation nous propose un beau mélange de post-punk, de garage, de psyché et de noisy. Fort de son premier album intitulé « Alas Salvation », le groupe met en avant un rock brut, des guitares puissantes et une batterie relevée. Leur musique peut rappeler celle des White Stripes, de Birthday Party, de Black Sabbath et des Stooges. Le nouvel opus vient de sortir, intitulé « Pursuit Of Momentary Happiness ». Oliver Burslem et ses acolytes sont venus nous en présenter quelques extraits. Le trio prend possession de la scène et procède aux derniers réglages. Une intro sous forme de bidouillages électroniques lance les festivités. Le set est lancé avec « Heavens Above », enchaînant directement avec « White Male Carnivore ». Les applaudissements se font entendre, et le chanteur glisse régulièrement un petit merci entre les morceaux. « Bellyache » est envoyé. Manifestement, Oliver a un problème avec son micro qu’il balance violemment au sol. Le show se poursuit néanmoins avec « Words Fail Me », « Use Somebody » et « Layin’ It On The Line ». Un petit moment de douceur nous est proposé avec « Pursuit Of Momentary Happiness », avant un final plus rythmé et plus intense. « Harbour The Feeling », « Fried » et « Alas Salvation » viennent nous asséner une claque monumentale. C’est avec « Hungry Heart » que le show se termine, avec le renfort de Pat Beers (le chanteur des Schizophonics) qui vient nous faire une nouvelle démonstration de guitare et de ses talents d’acrobate. Tous les musiciens des groupes précédents se présentent également sur scène. Des spectateurs sont aussi invités à monter. Quelle énergie, et quelle puissance ! Yak nous a une nouvelle fois confirmé son excellente réputation scénique. Un final grandiose !

Yak (2019)

Yak :

Oliver Henry Burslem à la guitare et au chant.
Vincent Davies à la basse.
Elliot Rawson à la batterie.

Yak : Facebook / InstagramTwitter / Youtube / Site Officiel

Les photos de la soirée : bientôt.

Photos : Dimitri D.