cartonnerieLa Cartonnerie

Avatar + Hellzapoppin
+ Old Kerry Mckee

Le 20 Mars 2018 – Reims (51)

Notre avis :


Le groupe suédois était de passage ce mardi soir à La Cartonnerie pour nous présenter le nouvel album intitulé « Avatar Country ». C’est un show monumental qui nous a été offert ! Une soirée vraiment originale avec une première partie assurée par Hellzpoppin Circus Side Show et des numéros complètement fous, et le mélange de blues, de folk et de country de Old Kerry McKee.

OLD KERRY MCKEE

Old Kerry Mckee nous fait donc l’honneur d’ouvrir cette soirée. Sur scène, une chaise, une guitare et des percussions n’attendent plus que le maître de cérémonie. L’homme arrive enfin. Une silhouette élancée, des cheveux longs, un chapeau et tout de noir vêtu. L’artiste s’installe et va se produire en solitaire. La salle est plongée dans l’obscurité. Le temps d’effectuer les derniers réglages, et les premiers sons retentissent. Nous entendons alors le fameux discours de Martin Luther King : « I Have A Dream ». C’est « Death, Oh Death » qui ouvre le set. Durant près de 30 minutes, le suédois va nous offrir un mélange de blues, de folk et de country, avec notamment « Earthlings » et « Blues Of Perception ». Les lancements sont faits à l’aide de vinyls 33 tours qui servent d’intro. Old Kerry McKee nous fait part de sa joie d’être ici sur scène, et l’accueil est plutôt chaleureux. Il est même étonnant ce contraste et ce style musical complètement différent de ce qui nous attend avec Avatar… L’artiste se dote régulièrement d’un harmonica durant ce tour de chant. Et après avoir reçu régulièrement des applaudissements nourris, c’est avec « Hell Within My Chest » que l’artiste tire sa révérence. Il remercie le public et quitte la scène à l’issue d’une belle prestation.

Old Kerry McKee

Old Kerry Mckee : Facebook / Instagram / Site Officiel

Les photos de la soirée : ici.

HELLZAPOPPIN CIRCUS SIDE SHOW

A peine 10 minutes de battement, et une musique de cirque se fait entendre. Un Monsieur Loyal metalleux débarque sous des jeux de lumières impressionnants et au son de gros rythmes de metal. Il va alors nous présenter des numéros plus fous les uns que les autres. Un « cul-de-jatte », sosie de Lemmy Kilmister, se déplace sur les mains à une vitesse incroyable. Il fait des pompes, terminant sur un bras. Les numéros se succèdent avec différents intervenants. Un des protagonistes porte des poids et une boule de bowling à la force d’un crochet fixé à son nez et à ses paupières inférieures. Il fait alors balancer le tout. Nous avons droit à un tournevis enfoncé dans le nez, s’enfilant ainsi un préservatif qu’il fait ressortir par la bouche. D’autres numéros vont suivre dans le même style : un mèche de perceuse enfoncée dans le nez, un crochet passant par le pif et ressortant par la bouche, un nain ingurgitant un long ballon de baudruche… Sur la danse des canards, un des membres de la troupe déguisé en poussin nous fait le jeu du couteau planté entre les doigts à une vitesse incroyable. Lemmy fait son retour pour se poser et « sauter » sur du verre pilé. « Ace Of Spades » retentit alors.

Hellzapoppin (1)

Une tronçonneuse est mise en route pour être tenue par un des artistes, par la bouche et côté chaîne… Notre ami le nain, coincé dans une camisole, va être pendu par les pieds et va réussir à se délivrer en se contorsionnant comme un damné. Un numéro de sabres enfilés dans la bouche nous est ensuite proposé. Pareil avec une perceuse et une mèche longue comme le bras… Certains regardent dans le public. D’autres détournent le regard… Après avoir présenté les protagonistes, Monsieur Loyal agrafe des affiches sur le torse et dans le dos du « mi-homme mi-femme » qui a mis en place les différents ustensiles durant le show. « Achetez-nous un tee shirt » ou « #hellzapoppin » apparaissent sur ces affiches. Le show prend fin et les artistes quittent la scène. Complètement fou ! Durant 35 minutes, nous avons eu droit à des numéros bizarres et perturbants, avec des bêtes de foire. Plutôt originale comme première partie qui a tenu le public en haleine.

Hellzapoppin (2)

Hellzapoppin Circus Side ShowFacebook / Twitter / Instagram / Site Officiel

Les photos de la soirée : ici.

AVATAR

Depuis le début de la soirée, un énorme voile masque le décor et les instruments situés sur le fond de la scène. Un grand rideau est alors déployé, cachant encore un petit peu plus ce qui se trame derrière. L’emblème d’Avatar y apparaît. L’équipe qui est chargée de mettre en place le plateau et d’installer les micros devant le rideau est habillée de façon très classe, en sujet du roi. En attendant le début du show, c’est la radio officielle « Avatar Country » qui est diffusée. Le public observe, écoute, discute, attendant patiemment le début du show. Les lumières finissent par s’éteindre. La radio s’arrête, et le rideau tombe enfin. Il laisse apparaître un nouveau rideau affichant les paroles de « Glory To Our King ». Ce rideau tombe finalement, dévoilant enfin la scène. La batterie est positionnée de façon centrale, à mi-hauteur. Il y a une passerelle derrière, légèrement au dessus du batteur, où le roi apparaît sur son trône, assis, guitare à la main. Guitariste et bassiste sont à ses côtés. Les premières déflagrations sont envoyées, et la scène est plongées dans des lumières rouges. Guitariste et bassiste descendent par les escaliers latéraux, et c’est parti avec « Legend Of The King ». Le public bouge déjà dans la fosse. Les chevelures tournoient et le chanteur arrive enfin sur scène. Visage grimé, maquillé. Le costume est remarquable : queue de pie, jabot et canne milord !

Avatar (2)

Le nom du groupe scintille sur le fond de la scène, et les lettres lumineuses ne vont cesser de clignoter durant toute la représentation. Les bras sont levés, et « Let It Burn » est enchaîné. Le roi a rejoint les autres avec sa guitare sur le devant de la scène. Les chevelures virevoltent encore une fois, et le public reprend en choeur. « Paint Me Red » est ensuite annoncé. Quelle ambiance !!! Le public est chaud bouillant ! Les premiers slams font leur apparition. Les applaudissements sont nourris, et « King’s Harvest » est envoyé dans la foulée. Puissant et percutant, amenant une ovation encore une fois ! Le public reconnaît alors les premières notes de « Bloody Angel ». La salle claque des mains. Le chanteur a endossé une veste rouge de cirque pour l’occasion. Le public chante. La puissance et l’intensité sont encore au rendez-vous avec « For the Swarm ». Johannes Eckerström remercie le public et annonce avoir un message du roi. The King loves you ! The King says « je t’aime » ! The King needs you ! « The King Wants You » est ainsi annoncé. Le frontman monte alors sur la passerelle. Dominant le batteur, il se met à mimer des gestes, le manipulant comme une marionnette. « Puppet Show » vient poursuivre le show, et Johannes Eckerström se dote d’un trombone pour l’occasion.

Avatar (4)

Après une nouvelle salve d’applaudissements, un moment plus calme nous est proposé avec « Tower ». Le chanteur se retrouve seul sur scène, , baignant dans une lumière verte, uniquement accompagné par un des guitaristes. Il fait chanter le public. La salle scande le nom du groupe. L’ensemble de la formation revient sur la fin du morceau. Nous continuons avec « The Eagle Has Landed ». Johannes harangue la foule qui hurle les bras en l’air. Merci Reims ! This is the first song The King wrote for Avatar ! Do you want to hear it ? « War Song » est envoyé. La salle scande à nouveau le nom du groupe. « Raven Wine » et « Reload » sont enchaînés, suivi de « Smells Like A Freakshow ». Reims ! Faites du bordel ! Le chanteur se retrouve une nouvelle fois sur la passerelle pour « A Statue Of The King ». Are you with us ?!! La tenue blanche est alors de rigueur (tous, sauf le roi guitariste) pour « The King Welcomes You To Avatar Country ». Malheureusement, toute bonne chose ayant une fin, nous arrivons déjà à la fin du set avec « Hail The Apocalypse » qui vient clôturer cette très belle soirée. Avec une prestation maîtrisée, la performance a été phénoménale, impressionnante d’énergie. Le groupe originaire de Göteborg a assuré comme une machine bien rodée, avec un frontman fou furieux et excellent !

Avatar (3)

Avatar :

Johannes Michael Gustaf Eckerström au chant.
John Alfredsson à la batterie.
Kungen à la guitare.
Tim Öhrström à la guitare.
Henrik Sandelin à la basse.

Avatar : Facebook / Twitter / Instagram / YoutubeSite Officiel

Les photos de la soirée : ici.

Photos : Dimitri D.