chez-paulette-2016Chez Paulette

Popa Chubby + Dave Keyes

Le 26 Janvier 2018 – Pagney Derrière Barine (54)

Notre avis :


Le guitariste new-yorkais était de passage ce vendredi soir Chez Paulette. La foule des grands jours était présente pour une salle archi remplie qui en dit long sur le talent du bonhomme. Fort de l’album « Two Dogs » sorti en 2017, Popa Chubby est reparti en tournée et faisait escale ce soir à Pagney Derrière Barine pour un show de près de 3 heures !

DAVE KEYES

A notre arrivée, la soirée a déjà commencé et c’est Dave Keyes, le claviériste de Popa Chubby, qui assure la première partie. Seul au piano sur le côté droit de la scène, le vétéran de la scène musicale américaine qui évolue dans le blues et la soul nous présente quelques extraits des 6 albums qui composent sa discographie. Le dernier en date s’intitule « The Healing ». La Guérison nous précise t-il en français… Quelques morceaux joués ce soir en sont extraits comme « Box Of Blues » et « Boogie For Stefan ». L’artiste reçoit un bel accueil et glisse régulièrement un merci beaucoup entre chaque titre. Avec notamment une petite reprise de Chuck Berry (« Let It Rock »), il fera chanter la salle, puis il remerciera le public et quittera la scène à l’issue d’un show d’une trentaine de minutes.

Dave Keyes 2018

Dave Keyes : Facebook

Les photos de la soirée : ici.

POPA CHUBBY

Les musiciens prennent possession de la scène et Popa Chubby arrive à son tour. Il s’installe sur un tabouret, salue le public et commence à gratter sa Fender Stratocaster. Nous voilà partis avec « Catfish » pour un show qui va durer quasiment 3 heures ! Il glisse quelques mots entre les morceaux. How are you doing ? Ça va ?! It’s cool to be here Chez Paulette ! Popa Chubby triture sa guitare comme personne et va nous démontrer toute la maîtrise de son art. Sur la reprise de « Hey Joe » qu’il s’approprie et interprète à sa manière, il nous offre de longs solos de guitare. Le public, béat, claque des mains et fait ensuite une belle ovation à Popa Chubby à l’issue du morceau. Merci les amis ! « Me Won’t Back Down » est ensuite annoncé, et quelle démonstration encore une fois ! Alternant des morceaux plus ou moins rythmés, dont certains uniquement en version instrumentale, Popa Chubby continue de nous emmener sur les chemins du rock et du blues. L’enchaînement semble parfois aléatoire et improvisé, le tout guidé par les premières notes du maître de cérémonie.

Popa Chubby 2

Popa Chubby lance les premiers accords et les musiciens suivent le virtuose sur la route qu’il emprunte. Ils ne le quittent pas des yeux et restent attentifs au moindre geste de Popa Chubby qui leur adresse un hochement de tête, un bras levé… Bien évidemment, l’artiste saisit l’occasion de faire la promotion de l’album « Two Dogs » sorti en 2017. Il donne de sa personne, même assis, transmettant toute son énergie à sa guitare. Il transpire à grosses gouttes. Les riffs ravageurs se succèdent jusqu’à « 69 Dollars » où Popa Chubby va nous proposer une jolie démonstration de batterie. Le petit moment de douceur offert avec « Wound Up Getting High » nous amène à la reprise de Leonard Cohen : « Hallelujah ». La salle communie avec l’artiste et chante avec lui. Les reprises proposées et interprétées magistralement au cours de la soirée sont des plus efficaces comme le « Sympathy For The Devil » des Rolling Stones.

Popa Chubby 3

Après presque 3 heures de show, nous avouons que nous commençons à souffrir un peu du dos, mais ce grand moment proposé par le virtuose nous aide à tenir debout. Il a su électriser la soirée et la foule a pu apprécier. On l’a souvent vu en transe, jouant de façon impressionnante, à donner des frissons. Avec un tour de chant varié, composé de titres flirtant avec le jazz, le blues ou le rock, les reprises fantastiques et ses propres morceaux plus ou moins anciens nous ont mis une belle claque ce soir.

Popa Chubby : Facebook / Twitter / InstagramSite Officiel

Les photos de la soirée : ici.

Photos : Dimitri D.