NJP 2017 vignetteLe Hublot

Dead Kennedys + TequilaSavate + Redemption

Le 19 Octobre 2017 – Nancy (54)

Notre avis :


C’était chaud bouillant ce jeudi soir au Hublot où se produisaient les légendaires Dead Kennedys. La célèbre formation de punk hardcore américain a ravi le public venu très nombreux. La première partie de soirée était assurée par TequilaSavate et Redemption.

REDEMPTION

Une petite intro musicale annonce le début du show, et Redemption lance les hostilités avec « Terror Lesson ». La formation Messine est composée de deux frères : Mat, au chant et à la guitare, et Rod à la batterie. Ce soir, c’est sous la forme d’un trio que Redemption se présente sur scène avec le renfort de Jean-Serge (le Papa) à la basse. « Friends » est enchaîné, et les influences de Motörhead sont plus qu’évidentes. Bonsoir Nancy !!! Approchez-vous ! Ça va ? Vous passez une bonne soirée ?!! On s’appelle Redemption !!! « Blood Law » est alors envoyé et amène des applaudissements nourris. Nous poursuivons avec « Let It Die », « Do You Think I’m Sexy » qui finit sous les stroboscopes, et « My Soul ». Le prochain morceau est une reprise de Blondie ! C’est « Call Me », en version un peu plus musclée que la version originale… C’est notre dernier morceau pour ce soir ! On s’appelle Redemption ! « The Rule » est lancé à la guitare et vient clôturer le set. Le groupe reçoit une belle ovation avant de quitter la scène. Avec des influences telles que Motörhead, Ramones, GBH et Slayer, Redemption nous a offert un set brut et efficace. Énergique et explosif !

Redemption NJP 2017

RedemptionFacebook / Youtube

Les photos de la soirée : ici.

TEQUILASAVATE Y SU HIJO BASTARDO

Les TequilaSavate prennent possession de la scène et lancent la show avec « Luchador Del Infierno ». Avec « La Mala Plata » et « Estupido », les zombies mexicains vont nous offrir de gros riffs de blues dans une ambiance trash garage. « Don’t Tell To Daddy » vient poursuivre le show. Le duo reçoit une belle ovation avant de nous proposer « La Leyenda » et « The Survivor ». Il y a une très belle ambiance ce soir au Hublot, et la chaleur est torride. On n’imagine même pas comment ça peut être sous les masques des protagonistes… « Surfin’ Werewolf » nous est alors proposé et amène des applaudissements nourris. Les morceaux vont ainsi s’enchaîner : « Noches En Posadas », « Oh Yeah », « Lies »… Le fameux « Burrito » est joué sous les stroboscopes, et c’est avec « Rainbows » que le set est clôturé. TequilaSavate reçoit une très belle ovation du public qui a pu apprécier l’originalité de ce show rythmé et percutant. Et surtout une très belle prestation !

TequilaSavate NJP2017

TequilaSavate : Facebook / Bandcamp

Les photos de la soirée : ici.

DEAD KENNEDYS

Une musique de western annonce le début du show, et les protagonistes prennent possession de la scène avec « Forward To Death ». D’emblée, l’ambiance est surchauffée avec l’énergie apportée par les Californiens ! Ron Greer, qui est au chant depuis 2008, ne ménage pas ses efforts lors de cette belle soirée. Gesticulant sans cesse, il communique fréquemment avec la salle et prend régulièrement à partie le public sur des sujets politiques et de société. « Winnebago Warrior » et « Police Truck » sont alors balancés dans la foulée. Merci beaucoup ! Ron Greer plaisante du fait de jouer dans un festival de jazz. « Buzzbomb » vient poursuivre ce set complètement fou. Les Dead Kennedys reçoivent une belle ovation et nous balancent ensuite « Let’s Lynch The Landlord ». Le pogo est de mise dans une salle archicomble, et les premiers slams font leur apparition. Sans temps mort, le show se poursuit avec « Jock-O-Rama » et « Kill The Poor ». Ron Greer n’hésite pas à venir au contact du public pour lui tendre le micro.

Dead Kennedys NJP 2017 (1)

« MP3 Get Off The Web », « Too Drunk To Fuck », « Moon Over Marin » et « Nazi Punks Fuck Off » viennent poursuivre le show sur un rythme fou. Les bras sont levés, et le public chante sur « California Über Alles ». Les protagonistes quittent la scène et finissent par revenir après un rappel chaleureux avec « Bleed For Me ». Le public claque des mains et chante sur la reprise d’Elvis Presley « Viva Las Vegas ». Les bras sont levés encore une fois, et la salle danse pour « Holiday In Cambodia ». Les Dead Kennedys quittent à nouveau la scène sous une ovation et reviennent nous en faire une petite dernière avec « Chemical Warfare », incluant « Sweet Home Alabama ». Après plus de 30 ans de carrière, et malgré le départ de Jello, les Dead Kennedys n’ont rien perdu de leur esprit contestataire et subversif. Ils nous ont offert un set endiablé et énergique, et surtout une excellente soirée !

Dead Kennedys NJP 2017 (2)

Dead Kennedys : Facebook / Site Officiel

Les photos de la soirée : ici.

Photos : Dimitri D.