The Volunteered Slaves – Ripcord

2017 –  13 titres – 49′
Label : Harmonia Mundi Distribution
Style : Jazz/Funk
Origine : France, IDF, Paris (75)
Date de sortie de l’album : 14 avril 2017

Notre avis :


Par Mike S.

Depuis 2002, le groupe The Volunteered Slaves travaille à la création d’un musique original qui sortirait le Jazz de ses frontières pour s’ouvrir au plus grand nombre. Dépoussiérer, moderniser, éclairer… Après The Day After en 2012, les voici de retour avec cette nouvelle arme de pacification massive, baptisée Ripcord. 

Inspiré par Volunteered Slavery, un album de Roland Kirk sorti en 1969 et qui lu-même, cherchait à mélanger les genres Jazz, Soul et R&B, le combo parisien poursuit son exploration et multiplie ses tentatives de vulgarisation du genre Jazz, vers quelque chose de plus universel, de plus World Music, avec des climats délicats, doux et envoûtants. C’est ainsi que le single Kahina nous conduit au delà de nos frontières, à la façon Volunteered Slaves, avec divers petits clins d’oeil, à la World d’Arrested Developpment, à l’esprit Punk des Clashs ou encore à la culture Hip Hop.

Et ce n’est que le début du voyage, la partie émergée de l’Iceberg. Car l’album nous en fait voir, titre après titre : un slam solo masculin, grave (groove?) et chaleureux, un duo Hip Hop sous couvert de scène de ménage, une belle histoire sur fond de World music, un jazz très free sur une cover qui ne l’est pas moins (« Video Killed the Radio Star » des Buggles), un jazz plus classique pour un renard bleu (Blue Fox), un autre OVNI de jazz moderne sur la partition de « Us and them » des Pink Floyd qui ne trouve son égal que dans l’autre étonnante cover, celle de « God only knows » des Beach Boys. Plus que des covers, ce sont d’ailleurs des réinterprétations, des adaptations totalement libres.

C’est un vrai bonheur de découvrir chaque titre avec sa propre personnalité, son propre son, ses propres arrangements, donnant une belle diversité par l’utilisation des claviers, des cuivres, des guitares, etc.  Le tout pour un résultat d’une belle homogénéité et d’une grande singularité.

Superbe expérience sensorielle pour le novice du jazz que je suis !

 


Site officiel / Facebook


Line-up :
Arnold Moueza (Percussions/Chant)
Olivier Temime (Saxophones)
Julien Charlet (Drums)
Emmanuel Duprey (Piano/Synthétiseurs)
Akim Bournane (Bass)
Emmanuel Bex (Orgue/Vocoder)
Allonymous (Slam/Chant)
Indy Eka (Rap/Chant)
Raphaëla Cupidin (Chant)
Mafé (Chant)

Tracklist :
1- The Gambler
2- Watersplash
3- Osun
4- Kahina
5- Video Killed the radio star (cover Buggles)
6- Jonathan’s back
7- Blue Fox
8- Intro (God only knows)
9- God only knows (cover Beach Boys)
10- Bara
11- DDM (Distance, Doubts & Misunderstanding)
12- Us and them (cover Pink Floyd)
13- Morskipas