Matmatah – Plates coutures

2017 – 11 titres – 44’16
Label : La Ouache / L’autre Distribution
Style :  Rock, Celtic Rock
Origine : France, Bretagne, Brest
Date de sortie de l’album : 3 mars 2017

Notre avis :


par Mike S.

Huit ans après avoir jeté l’éponge, Matmatah est remonté sur le ring en septembre dernier, annonçant un nouvel album et une tournée, dans la foulée, de 23 dates. Ça va cogner fort et raviver les passions. A quelques jours de la sortie du disque, la tournée était déjà pour moitié Sold Out, surtout en Bretagne d’ailleurs, son fief. Le nouvel album, ce sera « Plates coutures », le cinquième depuis leurs débuts en 1998.

Le premier extrait Marée haute donne le ton, avec une pamphlet sur notre belle classe politique. Une satire qui prend une toute autre tournure depuis l’affaire Fillon, qui ferait presque palir d’envie notre ancien président. Quoi qu’il en soit, Matmatah sort de ses gonds, la République nous ayant offert depuis des décennies, bien d’autres contre-exemples, d’hommes et de femmes politiques sans morale ni éthique…  « de comptes en Suisse en Contentieux… ».

Nous y sommes donc, avec ce come back, ce retour attendu, ces rythmes frénétiques et ce regard aiguisé, subtil et tranchant sur une planète qui part à vau-l’eau. Matmatah nous invite donc à danser, en cette fin de civilisation ! Dansons, dansons ! La plus belle entrée en matière, depuis quasiment le premier album ! Aurions affaire, en même temps que leur come back, à un retour de l’inspiration ? Possible, car les mélodies sont travaillées, étudiées pour durer, à grand renfort de guitares mais aussi de claviers ou même d’harmonica sur Lésine pas par exemple, dont le refrain et le rythme nous enivrent très vite. Les textes aussi, vous l’avez compris, ont retrouvé un peu de leur véhémence des débuts…

Mais impossible de repartir au front sans dépolir les mots qu’ils avaient dû polir à regret après L’Apologie. Et c’est avec Petite frappe ou Margipop qu’on retrouve le son breton et le style qui nous avait plu aux premières secondes du groupe, qui pousse le bouchon un peu plus loin avec Retour à la normale,  un missile festif supersonic façon Matmatah, qui semble définitivement avoir retrouvé les fumées de Recouvrance !

De Ô Mon bateau à Ô ma beauté, il n’y avait qu’un pas pour ces marins d’eau douce. Ils l’ont franchi et ont osé affronter leur image dans une satire égocentrique électrique dans une sorte de Rock classique, qui permet sans doute d’enchainer plus facilement sur Entres les lignes, un titre plus posé, et qui laisse le micro à Eric Digaire, pour l’occasion. Cette balade a quelque chose d’intime et mélancolique, déjà croisé sur Toboggan, un long titre introspectif dans lequel on croise de drôles de choeurs enjoués et une atmosphère toute particulière que je vous laisserai découvrir.

Une preuve supplémentaire, si vous en aviez besoin, que Matmatah est un groupe à part dans la scène Rock française. Et qui dit scène, dit concert, et il est certain que Overcom ou Margipop, en fin d’album, devraient s’ajouter aux classiques du groupe avec une aisance déconcertante ! On a vraiment hâte de les retrouver en live !

Un album taillé pour le ring, avec une série d’uppercuts et de crochets du gauche, parfois rangés dans des gants de velours. Avec Plates coutures, Matmatah, n’esquive rien, c’est du corps à corps, du premier au dernier round.


Tracklist :
1. Nous y sommes
2. Lésine pas
3. Petite frappe
4. Marée haute
5. Toboggan
6. Retour à la normale
7. Ô ma beauté
8. Entres les lignes
9. Overcom
10. Margipop
11. Peshmerga

Line up :
Tristan Nihouarn (Chant, Guitare)
Benoît Fournier (Batterie)
Eric Digaire (Basse, Chant)
Emmanuel Baroux (Guitare)


Facebook /Site