Vignette EurockéennesLes Eurockéennes

Belfort (90)

Les 1er, 02 et 03 Juillet 2016

Notre avis :


La 28ème édition des Eurockéennes a débuté sous le soleil et la chaleur. Incroyable ! Et la météo est restée favorable durant ces 3 jours ! 104 000 festivaliers ont été annoncés pour ce week-end. En voici les évènements marquants.

PUMAROSA

Notre premier concert est celui de Pumarosa. Sur la scène du Club Loggia, le quintet anglais navigue entre l’électro, la new wave et le disco. Bonsoir Les Eurockéennes ! Le set est lancé avec « Cecile », avant d’enchaîner avec « Honey ». Merci beaucoup ! Le son est dense, intense. Pumarosa nous présente également « Lions Den », « Red » et « Priestess ». Isabel Munoz Newsome, au chant et à la guitare, frotte son instrument avec une baguette servant d’archer. Elle invite le public à danser avec une voix rappelant celles de Siouxsie & The Banshees et Patti Smith. Les sonorités tendent vers l’électro de The Knife et les mélodies new wave de Cocteau Twins.

Pumarosa 2

BAGARRE

Les 5 Parisiens, signés sur le label Entreprise, débarquent sur la Greenroom et lancent le set avec « Bonsoir ». Bonsoir Les Eurockéennes, nous sommes Bagarre ! « Le Gouffre » est enchaîné et amène des applaudissements nourris. Le chant est alterné entre les différents membres du groupe. « Claque-Le » est lancé pour la plus grande joie du public. Est-ce que vous êtes chauds Les Eurockéennes ?!! Les protagonistes disent avoir réalisé leur rêve en faisant ce festival. « Macadam » vient poursuivre le show. Bagarre, qui propose de la new wave et de la musique de club, démontre toute son énergie sur scène. A suivre sur tous les festivals de l’été.

Bagarre 2016

THE LAST SHADOW PUPPETS

La Grande Scène est prête à accueillir The Last Shadow Puppets. Et il y a du matos sur le plateau ! Des violons, un violoncelle… Alex Turner et Miles Kane débarquent sur scène et lancent le set avec « My Mistakes Were Made For You ». Le show se poursuit avec « Only The Truth » et « Used To Be My Girl ». « Bad Habits » amène une ovation. « The Element Of Surprise » est lancé à la guitare par Alex Turner. La batterie envoie ensuite « Totally Wired » de The Fall, et un hommage est rendu à David Bowie avec « Moonage Daydream ». Durant tout le show, The Last Shadow Puppets a eu l’occasion de nous présenter le nouvel album intitulé Everything You’ve Come To Expect. La pop anglaise a ravi le public.

The Last Shadow Puppets 2016

CHOCOLAT

Voici enfin le premier groupe de rock de la soirée ! C’est au Club Loggia où ça se passe. Originaire de Montréal, Chocolat surfe sur le rock crasseux et le rock psychédélique. Le groupe nous présente des morceaux avec beaucoup d’effets synthétiques et un son lourd malgré tout. Jimmy Hunt et sa bande ont eu l’occasion de nous jouer les titres extraits des 3 albums qui constituent leur discographie : l’EP de 2007, « Piano Elégant » sorti en 2008, et « Tss Tss » datant de 2014.

Chocolat 2016

LES INSUS

C’était blindé de chez blindé devant la Grande Scène. Toutes générations confondues, le public a répondu présent au retour des 3/4 de Téléphone. Les lumières s’éteignent et les sons de guitares commencent à raisonner sous les stroboscopes. Le public claque des mains et le show est lancé avec « Crache Ton Venin », suivi d' »Hygiaphone ». Richard Kolinka est déchainé derrière sa batterie. Nous auvons droit à un best-of de Téléphone avec : « Dans Ton Lit », « Argent Trop Cher », « La Bombe Humaine », « Au Coeur De La Nuit ». Bertignac est au chant pour « 66 Heures » et « Cendrillon » qui amènent une ovation. Jean Louis Aubert revient en première ligne avec « Flipper ». Un piano est amené pour « Le Jour S’Est Levé ». Le public chante et claque des mains. Merci ! Merci infiniment ! On est bien ici ! Nous continuons avec « Ce Que Je Veux ». « New York Avec Toi » et « Un Autre Monde » viennent poursuivre le show, suivi par « Le Vaudou » qui nous amène à la fin de cette première soirée. Beau moment !

Les Insus 2016

YAK

C’est sur la scène de La Plage que nous commençons cette seconde journée. Avec une programmation concoctée par Les Inrocks à l’occasion de leurs 30 ans d’activisme musical, c’est plutôt musclé sur La Plage. C’est avec le rock garage de Yak, entre le punk et le psyché, que la journée est lancée. Le trio est originaire de Londres. Fort de son album « Alas Salvation », le groupe distille quelques perles, dont « Harbour The Feeling », « Hungry Heart », « Smile » et « Curtain Twitcher »… « Use Somebody » est annoncé comme étant le dernier morceau. Époustouflant !

Yak 2016

LAST TRAIN

Le nom du groupe est affiché sur le fond de la scène du Club Loggia. Les régionaux de l’étape sont venus nous servir du rock à l’état brut. Une musique toute douce annonce le début du concert avant les premières déflagrations. Bonsoir, nous sommes Last Train ! Le groupe a eu l’occasion de nous présenter « Holy Family », « Jane »… On vient d’un petit village près d’ici… On a commencé au Sun Pub A Illfurth. Merci à ceux qui nous suivent depuis ce moment là ! C’était un rêve de jouer aux Eurockéennes. « Leaving You Know » reçoit un bel accueil du public, suivi d’une nouvelle chanson faite pour danser… Très jolie prestation !

Last Train 2016

ELLE KING

Nous voici à la Green Room pour du rock teinté de blues et de country. Elle King lance le set avec « Jackson » et communique régulièrement avec le public, de façon très crue. Have you a good time ? « Where The Devil Don’t Go » est envoyé, accentuant l’ambiance country. Le style va parfaitement avec la veste en cuir à franges et les bottes. Le clavier lance ensuite « Good To Be A Man », et Elle King sort le banjo. Nous avons eu ainsi quelques extraits de l’album « Love Stuff » sorti en 2015.

Elle King 2016

THE INSPECTOR CLUZO

Après avoir donné un concert à la prison de Belfort, puis un live au camping des Eurockéennes, The Inspector Cluzo venait dynamiter la scène de La Plage. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y avait du monde ! En guise d’intro, un enregistrement de fanfare annonce le début du show. D’emblée, le public claque des mains et le set est lancé avec « Rockfarmers ». Laurent, qui est à la guitare et au chant, fait remarquer qu’il n’y a pas de putain d’ordinateur de merde ! Il fait chanter le public, et le pogo est lancé sur la plage. La prochaine chanson s’appelle « Quit The Rat Race ». « The Run » est jouée pour les anciens qui avaient tout compris… Laurent est alors seul sur scène avec sa guitare. Mathieu fait son retour à la batterie pour « Two Days », avant une reprise de Curtis Mayfield : « It’s Alright ». Nous avons ensuite une petite chanson sur le bassiste, qui comme le Président de la République, ne sert absolument à rien ! « Fuck The Bass Player » vient poursuivre le show, et la dernière est « Put Your Hands Up ». Cassez-moi cette putain de plage ! Le public finit les bras en l’air, et une partie de la batterie dans la fosse ! 

The Inspector Cluzo

ALLAH-LAS

Le quatuor californien est venu nous présenter sa pop psychédélique sur la Green Room. Le premier morceau est instrumental avec « No Werewolf » de « The Frantics ». C’est « Tell Me (What’s On Your Mind) » qui ouvre le bal, extrait du premier album sorti en 2012. « Follow You Down » vient poursuivre le show, amenant ainsi des morceaux de « Worship The Sun », sorti en 2014. Ambiance planante et love love, faisant la joie des amateurs des années 60.

Allah Las 2016

BECK

Le set est lancé avec un léger retard, et c’est « Devil’s Haircut » qui ouvre le bal. Le public claque des mains sur « Black Tambourine ». Merci ! You’re amazing ! C’est un show très visuel auquel nous avons droit, avec des projections de vidéos. « Think I’m In Love » s’enchaîne avec « I Feel Love » de Donna Summer. Le public claque des mains au lancement de « Soul Of A Man », suivi de « Modern Guilt » et « Go It Alone ». « Jack-Ass » embraye sur « Billie Jean » de Michaël Jackson, repris par la foule. Nous avons droit bien évidemment à « Loser » et « Sexx Laws ». De la pop, un peu de rock, un poil d’électro… Et le set se terminera de façon plutôt disco.

Beck 2016

OTHERKIN

Un son de sirène nous appelle au Club Loggia, et c’est parti avec la révélation de cette édition. Otherkin va nous envoyer ses morceaux appuyés par des guitares abrasives. La formation irlandaise nous a balancé des titres tels que « Yeah, I Know » et « 20 To 11 ». C’est d’ailleurs ce dernier qui ouvre les hostilités. Le chanteur du groupe s’essaye au français… Vous êtes prêts ? C’est « Feel It » qui est ensuite propulsé. Plutôt énergique ! La batterie lance « Teenager », suivi de « I Was Born ». Levez les mains ! Le leader grimpe sur la batterie. It’s crazy ! C’est dingue ! This is our first time in France ! Le public est régulièrement invité à claquer des mains lors de ce set percutant. Une belle découverte, et une très belle ambiance ! Sans aucun doute la plus belle prestation de la journée avec celle de The Inspector Cluzo !

Otherkin 2

LOUISE ATTAQUE

Bonsoir tout le monde. Comment allez-vous ? Nous vous avons apporté des chansons d’avant, des chansons d’aujourd’hui… Et ça commence avec « Ton Invitation » que le public chante dès le départ. « Avec Le Temps » est ensuite proposé. Merci les amis ! « Anomalie » et « Si L’On Marchait Jusqu’à Demain » viennent poursuivre le show. Ça va comme vous voulez ? C’est une succession de tubes que nous avons ce soir, avec notamment « Les Nuits Parisiennes ». Louise Attaque lance « J’t’Emmène Au Vent » et donne l’impression d’une soirée en forme de best-of, tant les morceaux connus sont nombreux ! Une bien belle ambiance devant La Grande Scène. Merci beaucoup, merci pour votre accueil !

Louise Attaque 2016

FOALS

C’est une diabolique machine à danser que nous avons eu sur la Green Room. Foals a lancé les hostilités avec « Snake Oil », avant d’enchaîner avec « Olympic Airways » et « My Number ». Yannis Philippakis et sa bande ont fait danser l’assistance avec des riffs aériens. Foals a eu l’occasion de distiller quelques titres de l’album « What Went Down », dont « Mountain At My Gates ». Yannis n’a pas hésité à plonger dans le public !

Foals

BLOSSOMS

Originaire de la banlieue de Manchester, Blossoms est venu nous proposer son indie pop sur la Green Room. Pour débuter cette 3ème journée, le groupe lance le set avec « Cut Me And I’ll Bleed », avant d’envoyer « At Most A Kiss ». Thank you ! Le chanteur délaisse sa guitare pour « Across The Moor », avant de proposer « Smoke » et « Getaway ». The next song is called « My Favourite Room », jouée à la guitare sèche. De belles mélodies pour bien débuter la journée.

Blossoms

FRANK CARTER & THE RATTLESNAKES

Après les cheveux longs et la pop de Blossoms, nous voici au pied de la Grande Scène avec des cheveux plus courts et des tatouages. Sexmachine de James Brown annonce le début du show. Des vidéos sont projetées sur le fond de la scène. Franck Carter débarque dans un superbe costume ! C‘est du punk rock que nous propose l’ancien chanteur de Gallows. Le set est lancé avec « Primary Explosive », et le groupe enchaîne avec « Trouble » et « Fangs ». Franck Carter navigue sur scène de long en large. Il se fait porter par la foule, lance un circle pit qu’il organise lui même au milieu de la fosse. Grand moment !

Frank Carter

KURTE VILE & THE VIOLATORS

Le Club Loggia accueillait Kurte Vile & The Violators pour de la folk. Ancien membre fondateur de The War On Drugs, Kurt Vile s’est lancé en solo en 2008. Le set débute avec « Dust Bunnies », avant d’enchaîner avec « I’m An Outlaw » et « Jesus Fever ». Le banjo est de la partie dans ce set teinté de blues.

Kurte Vile

THE KILLS

Place au rock garage de The Kills. La foule est dense devant la Green Room. Alison Mosshart et Jamie Hince sont très attendus. C’est « No Wow » qui lance les hostilités, suivi de « U.R.A. Fever ». Alison se dote d’une guitare pour « Heart Is A Beating Drum ». « Kissy Kissy » est lancé au chant par Jamie. Alison envoie sa chevelure blonde dans tous les sens, tout en se déhanchant. Du brut de décoffrage ! Un set intense et fougueux !

The Kills

Les Eurockéennes : Site Officiel / Facebook / Twitter